BIOGRAPHIE
1878

24 septembre: naissance de Charles Ferdinand Ramuz, à Lausanne. Il est le troisième fils d’Émile Ramuz, commerçant établi à la rue Haldimand et de Louise, née Davel; on lui donne les prénoms de ses deux frères morts en bas âge.

1882

20 mai: Naissance d’Oscar, frère de Charles Ferdinand.

1883

Ramuz entre à l’école enfantine.

1885

Entrée au Cours préparatoire du Collège classique.

1887

La famille Ramuz déménage à la rue Pré-du-Marché. Entrée au Collège classique cantonal de Lausanne.

1890

Ramuz commence à rédiger, dans un cahier, des récits, contes et poèmes.

1893

Suite à une dégradation de son état de santé, Émile Ramuz s’installe avec sa famille à la campagne, à Cheseaux, à quelques kilomètres au nord de Lausanne, où il acquiert une ferme dont l’exploitation est confiée à un employé.
Mis en pension à Lausanne dans la famille Grivel, Ramuz se lie avec Benjamin Grivel, de deux ans son aîné.

1894

Ramuz obtient son certificat d’études du Collège classique cantonal, et entre au gymnase, où il a comme professeur d’allemand Fernand Chavannes, le futur dramaturge.

1895

5 septembre: Ramuz commence à tenir son journal.

1896

Juillet: baccalauréat.
Début octobre: départ pour Karlsruhe (séjour d’étude).

1897

Fin avril: retour en Suisse.
3 juillet: naissance de la sœur de Ramuz, Berthe.
Eté-automne: après un semestre en Faculté de droit, inscription à la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne; entrée à la Société d’étudiants de Zofingue où il fera la connaissance d’Edmond Gilliard.

1898

Juillet et août: école de recrues à Lausanne.

1899

29 août-17 octobre: service militaire, d’abord à Corcelles-près-Payerne, puis à Lausanne pour l’école de sous-officier.

1900

Après la vente du domaine de Cheseaux, installation de la famille Ramuz à Lausanne, à Joli-Site, route de Morges.
24 mars: licence ès lettres classiques.
3 juillet-26 août: au cours de son service militaire à Lausanne, en tant que caporal à l’école de recrues, Ramuz se lie avec Alexandre Cingria, grâce à qui il entrera en relation avec plusieurs de ses futurs amis genevois (Charles-Albert Cingria, frère d’Alexandre, Adrien Bovy, Henry Spiess, Georges et Robert de Traz) et plus tard avec Gonzague de Reynold. A cette occasion, il fait aussi la connaissance d’Alexis François.
Octobre: au début du mois, départ pour Paris, où il loge au 3, rue de l’Odéon. Vers la fin d’octobre, Ramuz commence la rédaction de son premier roman, La Vie et la Mort de Jean-Daniel Crausaz .
Mars: Ramuz pose sa candidature à un poste de maître de latin et de grec au Collège de Montreux; il ne sera pas retenu.
6 avril: retour à Lausanne.
3 août-20 octobre: correction, copie et mise au net de La Vie et la Mort de Jean-Daniel Crausaz, qu’il renoncera à publier.
21 octobre: installation à Aubonne pour un remplacement de six mois au collège où enseigne Benjamin Grivel.

1902

Fin janvier: Ramuz tombe malade et quitte son poste d’Aubonne.
Fin avril: première opération de l’appendicite, suivie d’une rechute à fin mai.
1er juillet: deuxième opération.
Deuxième moitié d’octobre: Ramuz postule une place de maître de français au Collège de Nyon; il ne sera pas retenu.
Novembre: de nouveau à Paris, où il loge chez son ami Alexis François, dans le Quartier Latin.
6 décembre: Ramuz s’installe au 31, rue Bonaparte. Introduit par Edmond Gilliard, Ramuz fait ce même mois la connaissance d’Édouard Rod, chez qui il rencontrera René Auberjonois.

1903

13 mars: Ramuz emménage au 109, rue Notre-Dame des Champs, à l’École alsacienne, où il sera répétiteur jusqu’en juillet.
Deuxième moitié d’avril: séjour à Lausanne.
26 juillet: retour à Lausanne.
Août: séjour à La Belotte, chez les Cingria, puis à la montagne.
Octobre: parution du Petit village (poèmes).
7 novembre: départ pour Weimar, où il sera précepteur des enfants du comte Prozor, consul général de Russie.
5 décembre: parution de «Sur Weimar», dans la Gazette de Lausanne, premier d’une longue série d’articles.

1904

Février: parution du recueil collectif Les Pénates d’argile, réunissant des textes de Ramuz, Adrien Bovy, Alexandre et Charles-Albert Cingria.
19 mars: pour la première fois, publication d’une nouvelle dans la presse : «La langue de l’abbesse. Conte», dans La Semaine littéraire.
Fin février-début mars: court séjour à Berlin.
Début juin: retour en Suisse.
Mi-juin: séjour à La Belotte.
Fin juillet: séjour à Hermance.
22 septembre: envoi à Édouard Rod du manuscrit d’Aline.
Fin octobre: parution du premier numéro de La Voile latine, animée par Bovy, les frères Cingria et Gonzague de Reynold, et dont la direction sera assumée en 1906 par Robert de Traz.
Début novembre: départ pour Paris, où il s’installe d’abord au 8, rue des Beaux-Arts, chez Charles-Albert Cingria, puis au 5, rue Sainte-Beuve.

1905

Fin avril: parution d’Aline, chez Perrin, à Paris, et chez Payot, à Lausanne.
Deuxième moitié de juin: retour en Suisse.
Jusqu’à la mi-juillet: à La Belotte, chez les Cingria.
Mi-novembre: retour à Paris, au 5, rue Sainte-Beuve, puis au 268, boulevard Raspail.
Décembre: parution de La grande guerre du Sondrebond, à Genève, chez Jullien, avec une couverture d’Auberjonois.

1906

Janvier-octobre: rédaction de Les circonstances de la vie.
Avril: premier contact épistolaire avec Ernest Ansermet que Ramuz a connu par l’entremise de la future femme du chef d'orchestre, Marguerite Jaccottet.
Début juillet: retour en Suisse
Jusqu’à la fin de juillet: à La Belotte, chez les Cingria.
Fin août: excursion à Lens, en Valais; Ramuz y fait la connaissance d’Albert Muret.
Fin octobre: retour à Paris au 5, rue Sainte-Beuve, puis au 17, rue Froidevaux, où il partage un appartement avec Adrien Bovy et Henry Spiess.
Décembre: le 29, début de la publication, qui se poursuivra jusqu’au 13 avril 1907, de Les circonstances de la vie dans La Semaine littéraire. Vers la fin du mois, l’éditeur Payot soumet à Ramuz le projet d’un livre d’art consacré à la montagne, qu’il devrait réaliser en collaboration avec le peintre Edmond Bille.

1907

Avril: Ramuz accepte la proposition de Payot de rédiger un livre sur le Valais; le titre définitif sera Le village dans la montagne. Ses parents déménagent, toujours à Lausanne, à La Sapinière, 5, avenue de Beaulieu.
Mai: parution en volume de Les circonstances de la vie, chez Perrin et chez Payot.
Juillet: le 11, retour en Suisse. Avec Alexandre Cingria, excursion à pied à travers la Savoie. Le 27, Ramuz monte à Chandolin (Val d’Anniviers) chez Edmond Bille, où il séjourne une semaine.
Fin octobre-mi-décembre: séjour à Lens, à l’Hôtel Bellalui, en vue de la rédaction de Le village dans la montagne. Il y fait la connaissance de Ludivine, une Valaisanne qui tient le ménage de Muret; il en tombera amoureux.
Novembre: l’éditeur Perrin présente Les circonstances de la vie au prix Goncourt. Le roman ne sera pas primé.
Fin décembre: retour à Paris, rue Froidevaux.

1908

Mi-février: Ramuz revient à Lausanne.
4 mars-16 mai: à Lens; mise au point du texte de Le village dans la montagne, et rédaction de Jean-Luc persécuté.
Juin-début août: courts séjours à Lens, à La Belotte, à Bâle, à Hermance.
9-21 août: à La Belotte.
22 septembre-20 octobre: à Lens.
Novembre: le 3, retour à Paris à l’Hôtel des Etats-Unis, 135, boulevard du Montparnasse et, par moments, chez Adrien Bovy, 9, rue Campagne-Première. Parution de Jean-Luc persécuté et deux autres histoires de la montagne, chez Perrin (et chez Payot, en 1909).
Début décembre: parution chez Payot de Le village dans la montagne, par C. F. Ramuz et Edmond Bille, avec cent soixante-dix illustrations en couleurs.

1909

4 janvier-24 juin: rédaction d’Aimé Pache, peintre vaudois.
23 février: Ramuz reçoit un “don d’honneur” de 1000 francs de la Fondation Schiller.
1er juillet: retour à Lausanne.
23 août-14 septembre: séjour à Messery, en Savoie.
24-28 septembre: à Lens, chez Albert Muret.
Fin octobre: retour à Paris, d’abord au 14, rue Boissonade, puis au 12, rue Liancourt.
30 novembre: Ramuz commence la rédaction d’un nouveau roman, Madeleine, qu’il abandonnera peu avant son achèvement.

1910

Février: le 1er, retour à Lausanne. Le 15, mort d’Émile Ramuz.
18 mars: retour à Paris.
10 juillet: Ramuz est à Lausanne.
29-31 août: séjour aux Diablerets, chez les Ansermet.
Octobre: le 1er, début de la publication d’Aimé Pache, peintre vaudois dans La Revue hebdomadaire; elle se poursuivra jusqu’au 26 novembre.
Le 20 octobre:  de nouveau à Paris, d’abord au 17, rue Boissonade, puis pendant deux mois au Grand Hôtel de Nice au 155, boulevard du Montparnasse.
Novembre: parution de Nouvelles et morceaux, avec dix dessins d’Alexandre Blanchet, chez Payot.

1911

Fin janvier: Ramuz s’installe au 24, rue Boissonade, qui restera son adresse parisienne jusqu’en 1914.
Avril: parution en volume d’Aimé Pache, peintre vaudois, chez Fayard à Paris, et chez Payot.
12 juillet: retour à Lausanne.
19-28 août: séjour aux Diablerets, chez Ernest Ansermet.
20 octobre: retour à Paris.
Décembre: début de la rédaction de Vie de Samuel Belet.

1912

Janvier-avril: parution en quatre livraisons, dans La Bibliothèque universelle, du Feu à Cheyseron, dont le thème sera repris dans La séparation des races.
Juin: Le prix Rambert est décerné ex æquo à Aimé Pache, peintre vaudois et à La moisson est grande de Benjamin Vallotton.
6 juillet: retour à Lausanne.
28-30 septembre: séjour à Lens.
24 octobre: retour à Paris.

1913

18 février: mariage avec Cécile Cellier, peintre d’origine neuchâteloise, qu’il connaît depuis plusieurs années.
Avril: début de la collaboration avec la Gazette de Lausanne pour les «A propos de tout», que Ramuz y publiera jusqu’en août 1918.
Mai: fondation des Cahiers vaudois, sous l’impulsion de Paul Budry, Edmond Gilliard, Ernest Ansermet et Ramuz. A la fin du mois, parution de Vie de Samuel Belet, chez Paul Ollendorff, à Paris, et chez Payot.
14 juin: dans La Semaine littéraire, début de la publication de La vie meilleure, qui se poursuivra jusqu’au 9 août; ce roman ne sera pas repris en volume.
Juillet: le 8, retour à Lausanne. Le 9, à Morges, assemblée constitutive des Cahiers vaudois. Du 10 au 16, Ramuz et sa femme sont accueillis à Yvoire chez Alexandre Blanchet.
Mi-juillet-mi-septembre: les époux Ramuz habitent à La Belotte.
Septembre: le 1er, naissance (à Genève) de Marianne, fille unique de l’écrivain. À la mi-septembre, la famille Ramuz s’installe provisoirement à Lausanne, avenue des Belles-Roches, chez la mère de l’écrivain.
10-15 octobre: voyage à Marseille, Aix-en-Provence, Arles et Avignon.
24 octobre-29 décembre: première rédaction du Règne de l’esprit malin.

1914

Début janvier: Ramuz retourne à Paris avec femme et enfant. Entre le 17 février et le 26 avril : Ramuz rédige Construction de la maison, roman qu’il abandonnera.
Mars: parution de Raison d’être, premier Cahier vaudois. Du 21 au 29, séjour à Lausanne.
Fin mai: départ définitif de Paris.
Fin juin: installation à Treytorrens, près de Cully.
1er juin: début de la publication du Règne de l’esprit malin dans le Mercure de France; elle se prolongera jusqu’au 16 juillet.
Juillet: publication d’Adieu à beaucoup de personnages et autres morceaux, aux Éditions des Cahiers vaudois (cahier hors série), chez Tarin à Lausanne, et chez Crès à Paris. Dans le quatrième Cahier vaudois, intitulé Par le pays, parution de «L’exemple de Cézanne».
22-30 septembre: accompagné de Gonzague de Reynold, Ramuz, avec l’accord des autorités militaires, parcourt le Jura, jusqu’à Bâle, pour rendre compte de ce qu’il voit dans une série d’articles intitulée «Journal de ces temps difficiles», à paraître dans La Semaine littéraire.
Octobre: parution de Chansons, à l’enseigne des Cahiers vaudois (huitième cahier), chez Tarin. Le 10, début de la publication du «Journal de ces temps difficiles» ; elle se terminera en janvier 1915.

1915

Janvier-juillet: rédaction de La guérison des maladies.
30 avril: première rencontre avec Paul Claudel, que les Cahiers vaudois ont invité pour une tournée de conférences.
En été: première rencontre avec Igor Strawinsky, par l’entremise d’Ansermet.
Novembre-décembre: au Conservatoire de Lausanne, Ramuz donne un cycle de conférences sur le XIXe siècle français.
Fin décembre: parution de La guerre dans le Haut-Pays, à l’enseigne des Cahiers vaudois (sixième et septième cahiers, deuxième série), chez Tarin (et chez Payot, en 1916).

1916

Janvier-février: suite et fin des conférences au Conservatoire; le texte sera publié à titre posthume en 1948, sous le titre Les grands moments du XIXe siècle français.
Début février: installation à L’Acacia, maison située à l’avenue de Cour, à Lausanne.
15-19 juillet: séjour à Lens, puis aux Diablerets.
Fin septembre-15 octobre: Ramuz travaille avec Strawinsky à «Renard», «Berceuses du chat» et «Pribaoutki».

1917

Printemps: la Fondation Gaspard Vallette (créée en souvenir de l’écrivain et critique genevois) octroie une bourse à Ramuz.
Avril: parution du Règne de l’esprit malin, à l’enseigne des Cahiers vaudois (premier et deuxième cahiers, troisième série) puis, le mois suivant, aux Éditions des Cahiers vaudois, avec une couverture dessinée par René Auberjonois.
Mai: parution du Grand printemps, à l’enseigne des Cahiers vaudois (quatrième cahier, troisième série) et aux Éditions des Cahiers vaudois à Lausanne, ainsi que chez Crès à Paris. Début du travail sur Les noces; il sera repris en novembre.
Décembre: parution de La guérison des maladies, aux Éditions des Cahiers vaudois.

1918

Fin février-début août: Ramuz travaille avec Strawinsky à l’Histoire du soldat.
Août: suite au refus de publication d’un «A propos de tout» intitulé «Valeurs moyennes», Ramuz cesse sa collaboration avec la Gazette de Lausanne.
28 septembre: première et unique représentation, à Lausanne, de l’Histoire du soldat, de Ramuz et Strawinsky, avec des décors d’Auberjonois, sous la direction d’Ernest Ansermet. L’entreprise est rendue possible par le soutien du mécène de Winterthour Werner Reinhart.

1919

1er mars-23 juillet: rédaction d’une ébauche intitulée «Les hommes posés les uns à côté des autres», première trace d’un projet qui occupe Ramuz de 1919 à 1921. Le titre lui-même sera repris, pour des contenus différents, en 1922, 1926 et 1933. En 1936, il deviendra «Posés les uns à côté des autres».
Juin: parution des Signes parmi nous, aux Éditions des Cahiers vaudois.
Juillet: Doctorat honoris causa de l’Université de Berne.
Septembre-novembre: les Cahiers vaudois étant en crise, Ramuz cherche des solutions pour assurer leur survie. Une tentative de collaboration avec La Revue romande, commencée le 1er septembre, prend fin le 15 novembre, après six numéros seulement.

1920

Mi-avril: parution de Chant de notre Rhône, chez Georg, à Genève, dans la collection «Les poèmes en prose».
Mai: le 1er, Ramuz renoue, provisoirement, avec la Gazette de Lausanne, dans laquelle il publie entre le 30 mai et le 6 septembre huit morceaux. Ces textes déclenchent la polémique sur le style de Ramuz, qui nourrira la critique des années suivantes.
Juin: parution du texte de l’Histoire du soldat, aux Éditions des Cahiers vaudois. La Fondation Schiller achète pour 1000 francs le manuscrit d’Aimé Pache, peintre vaudois.
Août: séjour à Buchillon, petit village au bord du lac Léman, entre Morges et Rolle.
Juillet-septembre: Ramuz travaille à Montée à la vie, dont des parties seront reprises, ou inspireront, Salutation paysanne, Présence de la mort et Passage du poète.
Novembre-décembre: rédaction de Sortie de l’hiver, roman qu’il abandonnera, mais dont un chapitre constitue le morceau intitulé «Salutation paysanne».
Décembre: réédition de Jean-Luc persécuté, chez Georg, avec trente-six dessins d’Edouard Vallet, gravés sur bois par Alexandre Mairet.

1921

1er janvier-3 février: rédaction de Travail dans les gravières, autre projet romanesque complet abandonné.
9 mars: première rencontre avec Edmond Jaloux, qui dirige chez Grasset la nouvelle collection «Le roman».
Mai: parution de Salutation paysanne et autres morceaux, chez Georg.
Juin: Ramuz envoie aux Éditions Grasset Vie dans le ciel.
10 août: rencontre avec Jacques et Raïssa Maritain, à Blonay.
1er septembre: suite au refus de Grasset, Ramuz abandonne Vie dans le ciel et revient au premier manuscrit de ce roman, intitulé La résurrection des corps.
Novembre: Terre du ciel paraît à Lausanne, par les soins de l’auteur, en même temps qu’aux Éditions Georg, et chez Crès à Paris.

1922

Aline est réédité par Payot dans la collection à grand tirage «Le roman romand». Les noces, avec les partitions de Strawinsky, paraît chez Chester, à Londres.
Mars: parution, chez Georg à Genève et aux Éditions Jean Budry & Cie à Paris, de la deuxième édition du Règne de l’esprit malin.
Mai: prix de 2000 francs de la Fondation Schiller pour Terre du ciel et Le Règne de l’esprit malin. Ramuz travaille à Présence de la mort.
Juin-août: rédaction de La séparation des races.
Novembre: parution de Présence de la mort, aux Éditions Georg. Le 26, début de la rédaction de Recherche de la vérité, roman que Ramuz abandonnera après l’avoir terminé en février 1923.
Décembre: début de la publication de La séparation des races, qui paraîtra jusqu’en février 1923 à Paris, dans le supplément au Monde nouveau.

1923

Février: parution en volume de La séparation des races, aux Éditions du Monde nouveau, dans la collection «Le roman nouveau».
24 avril: à Cully, lecture par Ramuz de son «Hommage au Major», lors de la cérémonie de commémoration du deuxième centenaire de la mort du major Davel, héros de l’indépendance vaudoise.
Mai: Ramuz reçoit un subside de 1000 francs de la Fondation Schiller.
20 juin: première de l’Histoire du soldat en allemand (traduction de Hans Reinhart) à Francfort-sur-le-Main, dirigée par Hermann Scherchen.
30 juin: Ramuz reçoit pour la deuxième fois le prix Rambert pour ses romans des années 1920-1923.
Août: du 2 à la mi-août, séjour en Savoie à Menthon-Saint-Bernard avec sa famille chez Anne-Marie Pissard (née Monnet), amie de Cécile Cellier-Ramuz. Du 17 au 23, à La Croix-sur-Lutry.
Novembre: premier contact épistolaire avec Henry Poulaille, responsable du service de presse aux Éditions Grasset. Parution de Passage du poète, édité par les soins de l’auteur, aux Éditions Georg à Genève, et aux Éditions du Siècle à Paris. Ramuz entre dans le Conseil de la Fondation Schiller, comme représentant de la Société des écrivains suisses; il y siègera jusqu’en 1929.

1924

Janvier: sur recommandation d’Edmond Jaloux et de Jacques Chenevière, Grasset propose à Ramuz un contrat pour au moins cinq romans inédits.
Mi-février: voyage à Zurich pour la préparation d’une nouvelle mise en scène de l’Histoire du soldat.
31 mars-12 avril: séjour à Paris; signature de contrat chez Grasset, et mise au point d’un programme de publications.
Avril: les 24, 25 et 27, représentations de l’Histoire du soldat au Théâtre des Champs-Élysées à Paris (mise en scène de Georges Pitoëff, avec les décors originaux d’Auberjonois, sous la direction d’Ernest Ansermet). Le 28, Ramuz (qui, à Paris, a assisté aux répétitions) se rend à Zurich pour une représentation en allemand, organisée par Hans Bodmer et Werner Reinhart. Le texte de l’Histoire du soldat paraît à Londres, chez Chester, avec la partition de Strawinsky.
Mai: du 7 au 19, Ramuz est à Paris, à l’Hôtel du Pas-de-Calais (59, rue des Saints-Pères). Il retrouve Strawinsky, participe à la réception des écrivains suisses par la Société des gens de lettres, et est interviewé par Frédéric Lefèvre; l’entretien paraît le 17 dans Les Nouvelles littéraires sous le titre «Une heure avec C. F. Ramuz, romancier et essayiste».
Septembre: au début du mois, Grasset publie une nouvelle édition de La guérison des maladies. Le 13, début de la publication de L’amour du monde dans La Semaine littéraire, où il paraît jusqu’au 15 novembre.
Octobre: le 29, première lettre de Ramuz à Henri Pourrat, qu’il remercie pour un article. Le 31, arrivée à Paris, où il séjourne jusqu’au 13 novembre.

1925

Mai: parution chez Grasset de Joie dans le ciel, nouvelle version de Terre du ciel, dans la collection «Les cahiers verts» dirigée par Daniel Halévy, ainsi que dans une édition courante. Le 25, reprise de l’Histoire du soldat au Trianon lyrique (mise en scène de Marcel Herraud, sous la direction de Roger Desormière); Ramuz (qui séjourne avec sa famille, en mai-juin, dans l’appartement de Paul Budry, au 3, rue Joseph-Bara) y assiste avec Strawinsky.
Juin: le 20, mort de la mère de Ramuz. Retour à Lausanne. Le 27, début de la publication, dans La Revue hebdomadaire, de La grande peur dans la montagne; elle se poursuivra jusqu’au 1er août.
Juillet: Gaston Gallimard sollicite Ramuz pour qu’il donne La grande peur dans la montagne aux Éditions Gallimard; l’écrivain décline l’offre, notamment à cause du contrat qu’il a passé avec Grasset. Parution de L’amour du monde chez Plon, dans le troisième numéro de la collection «Le roseau d’or».
8 août: Passage du poète commence à paraître en feuilleton (jusqu’au 10 octobre) dans L’Alsace française, avec une étude introductive d’Henry Poulaille.
Décembre: parution du Cirque, sous forme de reproduction du manuscrit en phototypie, chez Georg. Chant de notre Rhône, dont Ramuz a revu le texte en août, paraît sous le titre de Chant des pays du Rhône dans le premier numéro de Chroniques, collection «Le roseau d’or», chez Plon. Ramuz passe quelques jours à Paris.

1926

Parution de l’édition courante de L’amour du monde chez Plon.
Mi-janvier: parution en volume de La grande peur dans la montagne, chez Grasset.
30 mars-20 avril: voyage en Auvergne (visite à Henri Pourrat) et dans la vallée du Rhône, avec Paul Budry et Henry Bischoff.
Avril: Jean Paulhan sollicite de Ramuz un texte pour La Nouvelle Revue française.
8 mai-1er juillet: Ramuz est à Paris (15, rue de Cluny, chez Marc Chavannes, neveu de Fernand Chavannes) à l’occasion de la publication de «Pour ou contre C. F. Ramuz» (dans les Cahiers de la Quinzaine, à l’initiative d’Henry Poulaille). Pendant son séjour, il rencontre Jean Paulhan.
Début août: réédition de Jean-Luc persécuté (Édition populaire «Le roman», Paris) avec une introduction d’Henry Poulaille.
Juin: réédition de Raison d’être, aux Éditions du Verseau, à Lausanne.
Fin octobre: parution de Sept morceaux par C. F. Ramuz et Sept dessins par René Auberjonois. Imprimé au Verseau. Cet ouvrage est le premier édité par Henry-Louis Mermod, industriel amateur d’art, qui deviendra l’éditeur principal des œuvres de Ramuz pour la Suisse.

1927

Fin février: réédition de six morceaux chez Marcelle Lesage, à Paris, sous le titre La faneuse dans son pré, dans la collection «La folie du sage».
Fin mars-début avril: séjour à Paris pour la mise au point du lancement d’Aline chez Grasset.
Début avril: parution d’Aline chez Grasset.
6 octobre: La Fondation Martin Bodmer attribue à Ramuz le prix Gottfried Keller de 6000 francs, pour son roman La beauté sur la terre.
Novembre: édition pour bibliophiles de Vendanges, avec des gravures sur bois d’Henry Bischoff, par la Société Suisse des Bibliophiles et, sans gravures, aux Éditions du Verseau. Chez Mermod, parution de La beauté sur la terre.

1928

Fin mai: reprise de La beauté sur la terre chez Grasset.
10 juillet-22 août: Ramuz séjourne avec sa famille à Veyras, en Valais, dans la tour de Muzot que Werner Reinhart avait mise à disposition de Rilke.
Octobre: parution, chez Mermod, du premier des Six cahiers, dont la publication, mensuelle, s’achèvera en mars 1929.
Octobre ou novembre: publication de Forains, chez Mermod, avec cinq lithographies originales d’Auberjonois.
Décembre: réédition de Chant des pays du Rhône dans le premier des Cahiers romands, avec une introduction de Sven Stelling-Michaud.

1929

Mi-avril: Ramuz s’installe à l’avenue des Jordils 1, près d’Ouchy, à Lausanne.
Juillet: parution chez Grasset de Salutation paysanne précédé d’une Lettre à Bernard Grasset et suivi de l'
Histoire du soldat.
Octobre: parution chez Gallimard, aux Éditions de La Nouvelle Revue française, et chez Mermod, en volume séparé, de Souvenirs sur Igor Strawinsky, qui faisaient partie de Six cahiers.
Novembre: parution dans la collection «Champs» dirigée par Henri Pourrat (Horizons de France) de Fête des vignerons, nouvelle version de Passage du poète.
5 décembre: parution du premier numéro de l’hebdomadaire Aujourd’hui, édité par Henry-Louis Mermod, dirigé par Ramuz; le poète Gustave Roud en est le secrétaire de rédaction.

1930

Début avril: réédition chez Grasset de Jean-Luc persécuté.
Mai: attribution du Prix Romand, dont ce sera l’unique édition; le montant de cette distinction, 30.000 francs, permet à Ramuz l’achat de La Muette, maison située à Pully, où il emménage le 20 mai et où il vivra jusqu’à sa mort.
Juin: édition pour bibliophiles du Chant des pays du Rhône par les Bibliophiles Régionaux, à Paris, avec trente-trois lithographies de Gaston Probst d’après Rodolphe-Théophile Bosshard, imprimé sous la date de 1929.

1931

Mi-janvier: chute; fracture de l’humérus gauche.
12 mars: début de la publication d’Une main, dans Aujourd’hui; elle se poursuivra jusqu’au 13 avril.
Fin octobre: parution chez Grasset de Les signes parmi nous.
Décembre: La Nouvelle Revue française publie une nouvelle version de Cirque. Le 31, dernier numéro hebdomadaire d’Aujourd’hui; la revue devient mensuelle.

1932

Janvier: parution, chez Mermod, de Farinet ou la fausse monnaie, n° 110 des Cahiers de la série Aujourd’hui.
Février: parution de l’«Hommage au Major» à la suite de Jeanne d’Arc de Thomas de Quincey (traduit par René Auberjonois), publié par Mermod (n° 111 d’Aujourd’hui).
Septembre: parution d’Adam et Ève chez Mermod (n° 115-118 d’Aujourd’hui).
Fin octobre: parution de la deuxième édition de Farinet ou la fausse monnaie chez Grasset.
1er novembre: début de la parution d’Adam et Ève dans La Nouvelle Revue française; elle se poursuivra jusqu’en février 1933.
Publication de Portes du lac, avec sept bois gravés de Fred Fay (Edition du Portique, Genève).

1933

Avril: Une main paraît en volume chez Grasset.
Septembre-octobre: tournage du film Rapt, inspiré de La séparation des races, réalisé par Dimitri Kirsanoff; Ramuz y tient un rôle de figurant.
Novembre: réédition d’Adam et Ève chez Grasset, dans la collection «Pour mon plaisir», ainsi que dans une édition courante.
Décembre: première rencontre de Ramuz avec André Gide, que lui présente Mermod. Parution, chez ce dernier, de Taille de l’homme.

1934

Juin: le 18 et le 19, représentations de l’Histoire du soldat au Théâtre de l’Atelier, à Paris. Jean-Louis Barrault tient le rôle du soldat.
4-6 août: onzième Congrès des libraires de France, à Vevey. Ramuz y prononce un discours qui paraît dans Les Nouvelles littéraires.
Novembre: Ramuz et Jean Cocteau, qui joue le lecteur, mettent en scène une représentation de l’Histoire du soldat à Genève; elle a lieu le 15. Le 24, première du film Rapt. Parution de Derborence, par les soins de Mermod, aux Éditions Aujourd’hui.
Fin décembre: parution d’une nouvelle édition d’Aline, avec onze dessins de Maurice Barraud (Éditions Kundig, Genève).

1935

Février: réédition de Taille de l’homme chez Grasset, dans la collection «Les écrits», dirigée par Jean Guéhenno.
Novembre: parution de Questions chez Mermod, aux Éditions Aujourd’hui.

1936

Fin février: réédition de Derborence chez Grasset, dans la collection «Pour mon plaisir», ainsi que dans une édition courante.
Mars: le 20, début de la publication du Garçon savoyard dans l’hebdomadaire Vendredi, à Paris; elle se poursuivra jusqu’au 29 mai. Vers la fin du mois, fondation, à Lausanne, de la Guilde du livre, première entreprise d’édition par correspondance dans les pays francophones, dirigée par Albert Mermoud; le comité littéraire est constitué de C. F. Ramuz, Gustave Roud et Henry-Louis Mermod. Réédition de Derborence à la Guilde du livre.
Juillet: parution de La Suisse romande, aux Éditions Arthaud, à Grenoble, avec deux cent vingt-quatre héliogravures, dans la collection «Les Beaux Pays».
Septembre: réédition de Questions chez Grasset, dans la collection «Les Écrits», dirigée par Jean Guéhenno.
Octobre: Le garçon savoyard paraît simultanément chez Mermod, aux Éditions Aujourd’hui, et à la Guilde du livre, avec des illustrations de Géa Augsbourg et un portrait de Ramuz par Ernest Pizzotti. Le 18, Ramuz reçoit à Lausanne la plus haute distinction littéraire suisse, le Grand Prix de la Fondation Schiller (5000 francs).
Décembre: parution de Cirque, avec huit lithographies de Théodore Strawinsky, au Verseau.

1937

Février: parution de Besoin de grandeur chez Mermod, aux Éditions Aujourd’hui.
Mai: réédition du Garçon savoyard chez Grasset, dans la collection «Pour mon plaisir», parallèlement à une édition courante, et à une édition à tirage limité par Sequana.
Juin: Doctorat honoris causa de l’Université de Lausanne.
1er octobre: parution d’un numéro de la revue Esprit consacré à la Suisse dans lequel Ramuz publie une «Lettre» dont le propos suscitera la polémique, en particulier en Suisse allemande.
Novembre: parution de Si le soleil ne revenait pas, chez Mermod, aux Éditions Aujourd’hui, et d’une réédition de Derborence à la Guilde du livre, avec sept bois gravés d’Ernest Pizzotti.
Décembre: publication d’extraits de Chant des pays du Rhône et de Passage du poète, avec trente photographies de Maurice Blanc, sous le titre Lavaux (Porchet, Lausanne). Le règne de l’esprit malin, avec une préface de Henri Philippon, paraît dans la revue mensuelle Le Chef-d’œuvre, suivi d’une nouvelle de Gérard de Nerval.

1938

15 janvier: dans la revue Suisse romande, Ramuz s’explique au sujet de sa «Lettre» à la revue Esprit.
Juin: le 11, mariage de Marianne Ramuz avec Giovanni Battista Olivieri. Mi-juin: séjour à Paris. A la fin du mois, réédition chez Grasset de Besoin de grandeur.
Fin septembre: parution d’Hommage à C. F. Ramuz (Porchet) à l’occasion du soixantième anniversaire de l’écrivain; y est incluse une réédition de «L’exemple de Cézanne». Novembre : Mermod (Éditions Aujourd’hui) et la Guilde du livre (avec huit eaux-fortes de Charles Méyron) publient conjointement Paris, notes d’un Vaudois.
Fin décembre: parution chez Grasset de Une province qui n’en est pas une (texte de la conférence donnée en juin à Paris), avec seize dessins de Géa Augsbourg. Édition bibliophilique de Farinet ou la fausse monnaie, par Les Bibliophiles Franco-Suisses, à Paris, avec des illustrations d’André Roz, gravées par Paul Baudier.

1939

9 février: première du film Farinet, l’or dans la montagne, réalisé par Max Haufler.
Mi-avril: réédition, chez Grasset, de Si le soleil ne revenait pas.
Mai: réédition, chez Gallimard, de Paris, notes d’un Vaudois.
Juin: Ramuz signe un nouveau contrat avec les Éditions Grasset pour la livraison d’un volume par année pendant dix ans. Parution chez Kundig (Genève) du Petit village, revu et augmenté, avec des illustrations de Maurice Barraud.
Fin novembre: parution de Découverte du monde chez Mermod, aux Éditions Aujourd’hui.

1940

Mars: perforation de l’estomac, nécessitant une hospitalisation.
28 mai: naissance de Guido Olivieri, unique petit-enfant de Ramuz.
Octobre: réédition de Si le soleil ne revenait pas à la Guilde du livre.
Novembre: le 8, présentation du documentaire L’Année vigneronne, réalisé par C.-G. Duvanel, dont le texte est de Ramuz. Le 15, parution des cinq premiers volumes des Œuvres complètes de Ramuz chez Mermod, dont deux contiennent les premiers «Fragments de Journal»; leur publication se poursuivra dans trois autres volumes, en 1941. L’ensemble comptera vingt volumes, auxquels trois seront adjoints à titre posthume en 1954.
Mi-décembre: parution de L’Année vigneronne, avec six images de Charles-Georges Duvanel, chez Sack, à Genève.

1941

15 mars: parution de la deuxième série de cinq volumes des Œuvres complètes. Les quinze volumes suivants paraissent, à raison de cinq à la fois, le 15 mars, le 15 septembre et le 15 novembre.
16 mai: parution d’une édition pour bibliophiles de Terre du ciel, illustrée par Max Hunziker (Éditions Gonin, Lausanne). Ce jour-là, le livre est exposé à la Galerie Époques à Zurich et Ramuz le présente.
Novembre: réédition d’Aline à la Guilde du livre, avec cinq nouvelles extraites de Nouvelles et morceaux; le volume est orné de sept dessins d’Alexandre Blanchet.
Décembre: parution de la reproduction en fac-similé publiée par
 Mermod, du manuscrit du morceau «Adieu à beaucoup de personnages», orné de neuf dessins de René Auberjonois.

1942

Mai: parution en volume séparé, chez Mermod, des Fragments de Journal 1895–1920 suivi de Choses écrites pendant la guerre 1939–1941 (l’achevé d’imprimer est du 15 novembre 1941).
Juillet: parution chez Mermod de La Servante renvoyée, recueil qui comprend sept nouvelles tirées de Nouvelles et morceaux.
Fin octobre: la Guilde du livre réédite Vie de Samuel Belet.
Novembre: réédition d’Aimé Pache, peintre vaudois, chez Grasset, et parution de La guerre aux papiers, aux Éditions Mermod.
Début décembre: parution à la Guilde du livre du premier volume de l’anthologie Poésie. XVIe et XVIIe siècles (réalisé en collaboration avec Alice Rivaz), avec une préface de C. F. Ramuz.

1943

Réédition de La Suisse romande, aux Éditions Arthaud.
Mars: parution de Noces et autres histoires, édité par Ides et Calendes, à Neuchâtel, avec dix-huit illustrations de Théodore Strawinsky.
Mi-mai: parution à la Guilde du livre du deuxième volume de l’anthologie Poésie. XVIIIe, XIXe et XXe siècles.
Mi-juillet: reprise chez Corrêa, à Paris, des deux volumes de l’Anthologie de la poésie française.
Fin octobre: Ramuz est victime d’une hémorragie cérébrale; après deux mois de convalescence, il recouvre toutes ses facultés.
Novembre: parution de Pays de Vaud (avec quatre-vingt et une photographies de Maurice Blanc, dans la collection «Merveilles de la Suisse») et de Vues sur le Valais, aux Éditions Urs Graf, à Bâle et Olten, avec plus de soixante-dix photographies, dans la collection «L’héritage populaire de la Suisse»; le livre paraît en même temps en allemand.

Parution, chez Mermod, du Journal 1896–1942 (reprise de l’édition de 1941 légèrement modifiée, avec l’adjonction de la fin de l’année 1941 et de l’année 1942).
Décembre: Mermod publie René Auberjonois, avec des reproductions d’œuvres du peintre et des documents photographiques.

1944

Janvier: nouvelle édition de Derborence à la Guilde du livre. La Société des écrivains suisses propose Ramuz pour le prix Nobel (la demande avait déjà été présentée en 1943, mais tardivement); sa candidature ne sera pas retenue.
Avril: réédition chez Mermod de Chant de notre Rhône.
Mi-mai: réédition de Vendanges chez Mermod, dans la «Collection du bouquet».
Juin: réédition de La guerre dans le Haut-Pays chez Mermod.
Juillet: réédition de Passage du poète chez Mermod.
Août: réédition de l’Histoire du soldat chez Mermod.
Octobre: édition pour bibliophiles de Passage du poète (Éditions du Rocher, Monaco).
Novembre: réédition de Derborence chez Mermod.
Décembre: parution chez Gallimard d’une quatrième édition de Vie de Samuel Belet. Chez Mermod, parution de Nouvelles.

1945

Janvier-mars: opération de la prostate; trois mois en clinique, à Lausanne puis à Clarens.
Fin janvier: parution d’une édition pour bibliophiles de Derborence, avec des illustrations de Jean-Albert Carlotti (Bordas Éditeurs, Grenoble).
9 février: représentation de l’Histoire du soldat à Genève.
Mars: réédition de La guerre aux papiers chez Grasset. Le 23, reprise à Lausanne de l’Histoire du soldat, précédée d’une causerie de Charles-Albert Cingria.
Mai: réédition de Vendanges chez Mermod.
Juin: réédition de Taille de l’homme chez Mermod. Réédition du Journal 1896–1942 chez Grasset. Parution d’une édition pour bibliophiles d’Aline, avec des pointes sèches de Pierre Vienot (Les Œuvres Françaises, Paris).
Décembre: parution chez Mermod de Vers (réunissant Le petit village, La grande guerre du Sondrebond et Chansons), avec des dessins d’Alexandre Blanchet. A la Guilde du livre, reprise d’Aimé Pache, peintre vaudois. Édition pour bibliophiles, chez Mermod, de La grande peur dans la montagne, avec trente-quatre lithographies d’Hans Berger.

1946

Mi-janvier: chez Mermod, Les Servants et autres nouvelles.
Mi-avril: aux Ides et Calendes, parution du volume Histoires.
Mai: cinq représentations de l’Histoire du soldat à Paris, au Théâtre des Champs-Élysées; celle du 1er mai est précédée d’une causerie de Charles-Albert Cingria.
Juillet: le 20, nouvelle hospitalisation (jusqu’au 4 août). Réédition de Nouvelles et morceaux (Éditions de l’Église Nationale Vaudoise, Lausanne).
Fin août: réédition des Souvenirs sur Igor Strawinsky, par Mermod, dans la «Collection du bouquet», avec neuf illustrations.
Fin novembre: parution d’une nouvelle édition du Règne de l’esprit malin, chez Mermod.

1947

Janvier: nouvelle opération de la prostate. Vers la fin du mois, parution chez Grasset de Nouvelles.
Mai: au début du mois, hospitalisation et nouvelle opération.

23 mai : mort de C. F. Ramuz.