Ramuz et la nature :
perceptions et interdépendances
Appel à communication

Pensé avant l’irruption d’un certain virus, mais encore davantage motivé depuis, un colloque international, organisé principalement par la «Fondation C. F. Ramuz», sera consacré aux relations et interdépendances de l’homme et de la nature dans l’œuvre de l'écrivain Charles Ferdinand Ramuz (1878-1947).

 

Il se tiendra aux Arsenaux, à Sion (Valais), en Suisse, les mercredi 22 et jeudi 23 septembre 2021.

Ce colloque précédera immédiatement le «Festival du Livre Suisse» organisé par «La Médiathèque Valais–Sion» et la «Fondation pour l’Écrit» au même endroit du 24 au 26 septembre. Des collaborations seront proposées pendant et après le colloque avec les invités et le public du Festival ainsi qu'avec des étudiant·e·s de l’enseignement secondaire.

Dans l'œuvre de fiction et dans les essais de Ramuz, la nature omniprésente est autant un cadre durement déterministe qu'un ferment lyrique, engendrant aussi bien un vitalisme optimiste qu'une amère réflexion sur la finitude. Violente, aveugle, fatale, elle est toutefois belle et fragile et subit les agressions de la première mondialisation (industrie, transports, communications). Ramuz – le dira-t-on «écologiste» avant l’heure ? –, observe l’environnement pour en déduire notamment une théorie économique fondée sur les besoins vitaux et un modèle de politique sociale et culturelle.

En quoi et comment sa perception de la nature contribue-t-elle à nos questionnements interdisciplinaires sur l'état et l'avenir de l’écosystème et de nos sociétés ?

Qu'elles sollicitent la littérature – son histoire, la critique littéraire, la littérature comparée ou les propositions récentes de l’écopoétique –, qu’elles s’inscrivent en philosophie, sciences économiques et politiques, en géosciences ou en études de l’environnement, les communications pourront profiter de ces axes et de ces questions pour se formuler :

Axe 1 : Situation de Ramuz dans l’histoire de la perception et du sentiment de la nature

- Ramuz successeur de Rousseau ? 

- Les Suisses et leur amour de la nature ? Leurs approches, et celles de leurs écrivains, sont-elles singulières ? Avec quelles autres pensées (francophones, germanophones…) dialoguent-elles ?

- Le sentiment de la nature au XXe siècle.

Axe 2 : Rôles et valeurs de la nature dans les œuvres poétiques et romanesques de Ramuz

- Comment la nature motive-t-elle les romans dits rustiques ou régionalistes, dans le cas de Ramuz et d’autres écrivains ?

- Comparaison des rôles de la nature selon les genres, poésie ou roman, chez Ramuz ?

- La nature comme personnage, comme actant.

- La montagne : miroir ? complice ? ennemie ?…

- Interprétations des catastrophes naturelles, des épidémies, des apocalypses.

- La nature comme langage, ses signes.

- Des rapports existent-ils entre la stylistique de Ramuz et la nature telle qu’il la comprend ?

 

Axe 3 : La place de la nature dans la conception politique et philosophique de Ramuz

- La politique est à envisager jusqu’à ses sens les plus larges : comme rapport à l’Autre, à l’Ailleurs, à l’identité personnelle et à l’appartenance collective, à l’ouverture au monde mais aussi à son contraire, la fermeture.

- La politique s’entend aussi dans son sens plus spécifique (conceptions politiques, capitalisme vs communisme, traditionalisme vs progressisme, modernisme vs anti-modernisme).

- La nature et les rapports métaphysiques au monde («re-ligions», finitude, transcendance…)

- «Suivre sa nature» : la nature entre déterminisme et morale personnelle.

 

Axe 4 : Ramuz, écologiste visionnaire ?

- Lectures «écopoétiques» de Ramuz.

- Ramuz a-t-il des successeurs ? Des artistes (auteur·e·s, cinéastes…) se recommandent-ils de son rapport au monde, naturel ou construit ?

- Parallèles et différences de perceptions de la nature entre Ramuz et des auteurs·e·s d’aujourd’hui ?

- Ramuz, plus moderne que Giono ?

- Les récits de la nature dans la littérature francophone actuelle. 

- L’organisation et les rôles du vivant (homme, faune, flore…) dans l’œuvre de Ramuz.

- Nature naturelle vs nature cultivée ; le sauvage vs le domestiqué.

- Les personnages créés par Ramuz en harmonie vs en conflit avec la nature.

- Contributions de l’œuvre de Ramuz aux questions et enjeux écologiques actuels ?

- Comment les géosciences, les sciences naturelles, l'économie, l'écologie, la sociologie analysent-t-elles l'œuvre de Ramuz (ses apports, ses limites…) ?

- Avec quels courants de l’écologie actuelle Ramuz a-t-il des affinités ?

 

PRATIQUE

Les propositions de communication (3000 signes environ + bibliographie indicative) sont à adresser, pour le 1er février 2021, à info@fondation-ramuz.ch.

L'inscription au colloque est gratuite.

Les renseignements sur l'organisation (comités), les soutiens et les informations pratiques (hébergement, repas...) seront progressivement donnés sur ce site.

COMITÉ D'ORGANISATION

Noël Cordonier, Président de la Fondation C. F. Ramuz

Christian Morzewski, Professeur émérite de l'Université d'Artois

Jean-Louis Pierre, Enseignant retraité de l'Université de Tours

Dylan Roth, Secrétaire de la Fondation C. F. Ramuz

COMITÉ SCIENTIFIQUE

Romaine Crettenand-Sierro, Professeure et Proviseure au collège de La Planta, Sion

Philippe Hertig, Géographe, Professeur ordinaire à la HEP (Haute École Pédagogique) Vaud

Eric Nanchen, Directeur de la FDDM (Fondation pour le Développement Durable des régions de montagnes), Sion

Colloque Ramuz, Orientations bibliographiques

Remarques :

 

  1. Une bibliographie plus complète des œuvres de Ramuz, avec les références aux différentes éditions disponibles (imprimées ou numériques), figure sur le site de la «Fondation C. F. Ramuz, sous l’onglet
    «C. F. Ramuz», «Bibliographie».

  2. Les Romans de Ramuz édités en 2 volumes en 2005 par Gallimard, «Bibliothèque de La Pléiade», reproduisent la dernière édition revue et corrigée par Ramuz. 

  3. Les Œuvres complètes de Ramuz (ci-après : OC), éd. sous la dir. de Roger Francillon et Daniel Maggetti, Genève, Slatkine, 29 volumes, 2005-2013, répondent aux critères des éditions critiques (notice, genèse, variantes, réception…). Elles sont augmentées de nombreux inédits. Ces publications se fondent sur la première édition des textes de Ramuz.

  4. Le textes de Ramuz ayant donc souvent évolué d’une édition à l’autre, il est prudent de renvoyer chaque fois à l’édition utilisée.

               

              Principales Œuvres de Ramuz en rapport avec le thème du colloque

Romans, Nouvelles et «Morceaux»

Vie et Mort de Jean-Daniel Crausaz (1901)

Nouvelles et morceaux (1910)

Les signes parmi nous (1917)

Terre du ciel (1921)

Salutation paysanne (1921)

Présence de la mort (1922)

Passage du poète (1923)

Farinet ou la fausse monnaie (1932)

Derborence (1934)

La grande peur dans la montagne (1926)

Si le soleil ne revenait pas (1937)

Les servants et autres nouvelles (1946)

 

Poésie

Le petit village (1903)

Les pénates d’argile (1903)

Chant de notre Rhône (1920)

 

Écrits autobiographiques

Journal, in OC, vol I-III, t.1: 1895-1903, t. 2 : 1904-1920, t. 3 : 1921-1947.

Vendanges (1927)

Découverte du monde (1939)

 

Articles, Chroniques, Essais

Le sentiment de la nature chez Jean-Jacques Rousseau (1898) in OC, vol. IV, Premiers écrits, t. 2.

«Montagne», «Introduction» (1904), in OC, vol. V, Nouvelles et morceaux, t. 1, 1904-1908. 

Le village dans la montagne (1908).

«Coucher de soleil» (1910).

À propos de tout (1913-1918) in OC, vol. XII, Articles et chroniques, t.2, 1913-1919. [Ce vol. contient cent vingt-trois «A propos de tout» publiés dans la Gazette de Lausanne, treize autres publiés dans d’autres revues ou journaux, ainsi que cinq textes inédits].

Adieu à beaucoup de personnages (1914).

Raison d’être (1914).

Ressources de la France (1927).

«Sur une ville qui a mal tourné», in OC, vol. XIII, Articles et chroniques, t.3, 1924-1931.

«Remarques», I à XII» (1930), «Notre “naturisme”» (1929), «Sur le paysan» (1930), «Petites notes sur le paysan» (1930), «La beauté de la montagne» (1930), «Questions sur l’or», «Les valeurs paysannes» (1931), etc. in OC, vol. XIII, Articles et chroniques, t.3, 1924-1931.

Taille de l’homme (1933).

Questions (1935).

La Suisse romande (1936).

Besoin de grandeur (1937).

«Vieillesse des civilisations et jeunesse du monde» (1942), «Le paysan et la machine» (1942), « “Nature”» (1942), «L’architecture et le paysage» (1943), etc. , in OC, XIV, Articles et chroniques, t. 4, 1932-1947.

Pays de Vaud (1943).

Vues sur le Valais (1943).

 

Quelques études sur Ramuz

Béguin Albert, Patience de Ramuz (1950), Isolato, 2008.

Chessex Jacques, Écrits sur Ramuz, L’Aire bleue, 2005.

Dentan Michel, C. F. Ramuz. L’espace de la création, À la Baconnière, 1974.

Dupouy Catherine, Pierre Jean-Louis (éds), Éthique et politique dans l’œuvre de Charles Ferdinand Ramuz, (Actes du colloque international de l’Université François Rabelais de Tours, octobre 2014), Artois Presses Université, 2017.

Dupuis Sylviane, Rueff Martin, Charles Ferdinand Ramuz, silence(s), bruit(s), musique(s), (Actes du colloque international de l’Université de Genève, 12-13 octobre 2017), fabula.org/colloques/document5913 Études de Lettres (Lausanne), n° 1-2, 2003, «Dans l’atelier de Ramuz».

Europe (Paris), n° 853, mai 2000, «Ramuz», p. 3-176.

Froidevaux Gérald, L’art et la vie, L’esthétique de C. F. Ramuz entre le symbolisme et les avant-gardes, L’Âge d’homme, 1982.

Francillon Roger, «Charles Ferdinand Ramuz», dans Histoire de la littérature en Suisse romande, Zoé, 2015, p. 680-700.

Jakubec Doris, «Introduction» à C. F. Ramuz, Romans, t. 1, Gallimard, «Bibliothèque de la Pléiade», 2005, p. IX-LIV.

Mahrer Rudolf, «Un français de plein air : la langue romanesque de Ramuz», Le Français Moderne (Paris), n° 2, p. 219-235. 

Meizoz Jérôme, Ramuz, Un passager clandestin des lettres françaises, Genève, Zoé, 1997.

Moatti Alexandre, «La critique de la modernité technique chez C. F. Ramuz», Revue d’Histoire littéraire de la France,118e année, n° 2, avril-juin 2018, pp. 411-422.

Pétermann Stéphane, C. F. Ramuz, Sentir vivre et battre le mot, Presses Polytechniques et universitaires romandes, 2019. Ramuz, l'écriture comme absolu, Éditions Infolio, 2020.

Renaud Philippe, Ramuz ou l’intensité d’en bas, Éditions de l’Aire, 1986.

Spitzer Leo, «Le style chez C. F. Ramuz : le raccourci mystique», dans Romanische Literatur-Studien 1936-1956, Max Niemeyer Verlag, 1959, p. 328-350.

Utz Peter, Culture de la catastrophe. Les littératures suisses face aux cataclysmes, Zoé, 2017.

 

Littérature contemporaine de Ramuz (1878 -1947)

Fraisse Simone, Péguy et la terre, Éd. Le Sang de la terre, 1988.

Mornet Daniel, Le sentiment de la nature en France de Jean-Jacques Rousseau à Bernardin de Saint Pierre, Essai sur les rapports de la littérature et des mœurs (1907), Slatkine, 2000.

Reclus Élisée, Du sentiment de la nature dans les sociétés modernes, préface Annie le Brun, Bartillat, 2019.

Rod Édouard, Là-haut [roman], 1897.

Sabiani Julie, Giono et la terre, Éd. Le sang de la terre, 1990.

 

Quelques Auteure·s des XXe & XXIe siècles

Bergounioux Pierre, Le chevron (1996), Un peu de bleu dans le paysage (2001).

Bertina Arno, Anima Motrix (2006).

Bienne Gisèle, La malchimie (2019).

Cannone Belinda, Un chêne (2016), S’émerveiller (2017), La forme du monde (2019).

Clair Jean, Terre natale, exercices de piété (2019).

Gallaz Christophe, Thévoz Michel, Z / Z, [échange épistolaire, déc. 2019-avril 2020], Ed. de l’Aire, 2020.

Gary Romain, Les racines du ciel (1956).

Gascar Pierre, Les bêtes (1953), Le présage (1972), Le règne végétal (1981), L’ange gardien (1987), La friche (1993).

Glissant Édouard et Noudelmann François, L'entretien du monde, 2018.

Huston Nancy, Le club des miracles relatifs (2016).

Joncour Serge, Chien-loup (2018).

Lafon Marie-Hélène, Les derniers Indiens (2008), L’annonce (2009), Le pays d'en haut, entretiens avec Fabrice Lardreau, Éditions Buchet/Chastel, 2019.

«Les écrivains face au virus», Le Temps (Genève), 2020, [seize auteur·e·s contemporain·e·s s’expriment sur la pandémie Covid-19] letemps.ch/dossiers/écrivains-face au virus

Simon Claude, Les géorgiques (1981).

 

Sciences humaines & sciences de l’environnement

Abram David, Comment la terre s’est tue, pour une écologie des sens, (1996), La Découverte, 2016.

Arnaud François et Frédéric Worms (dir.), Le moment du vivant, PUF, 2016.

Beau Rémi et Catherine Larrère (dir.), Penser l’anthropocène, Presses de SciencesPo, 2018.

Berque Augustin, Poétique de la Terre. Histoire naturelle et histoire humaine, essai de mésologie, Belin, 2014.

Bornet Philippe, Clivaz Claire, Durisch Gauthier Nicole, Hertig Philippe, Meylan Nicolas (éds.), La fin du monde. Analyses plurielles d'un motif religieux, scientifique et culturel, Labor et Fides, 2012.

Bourg Dominique Une nouvelle terre. Pour une autre relation au monde, Desclée de Brouwer, 2018.

Callicott John Baird, Éthique de la terre, Wildproject, 2010.

Charbonnier Pierre, Abondance et liberté, Une histoire environnementale des idées politiques, La Découverte, 2019.

Descola Philippe, L’écologie des autres. L’anthropologie et la question de la nature, Éditions Quae, 2011.

Fabien Colombo, Engone Elloué Nestor, Guest Bertrand (dir.), «Écologie et Humanités» in Essais, Revue interdisciplinaire d’Humanités, École doctorale Montaigne-Humanités, n°13 2018.

Ferret Stéphane, Deepwater horizon, Éthique de la nature et philosophie de la crise écologique, Éd. du Seuil, 2011.

Guattari Félix, Les trois écologies, Galilée, 1989.

Hache Émilie (dir.), Écologie politique, cosmos, communautés, milieux, Éd. Amsterdam, 2012.

Hadot Pierre, Le voile d’Isis. Essai sur l’histoire de l’idée de nature, Gallimard, 2004.

Haraway Donna, Des singes, des cyborgs et des femmes, Éd. Jacqueline Chambon, 2009. La réinvention de la nature, Éd. Jacqueline Chambon, 2009.

Hugon-Duc Mélanie, Giétro 1818, Une histoire vraie, Éd. Faim de siècle, 2018.

Lacroix Alexandre, Devant la beauté de la nature, Allary éditions, 2017.

Larrère Catherine, Les inégalités environnementales, PUF, 2017. Larrère Catherine et Raphaël Larrère, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, La Découverte, 2015.

Latour Bruno. Face à Gaïa. Huit conférences sur le nouveau régime climatique, La Découverte, 2015. Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, La Découverte, 2017.

Leopold Aldo, La conscience écologique, Wildproject, 2013. Almanach d’un comté des sables (1949), suivi de Quelques croquis, Garnier-Flammarion, 2017.

Maris Virginie, Nature à vendre, les limites des services écosystémiques, Quae, 2014. Philosophie de la biodiversité, petite éthique pour une nature en péril, 2e éd., 2016. La part sauvage du monde, Penser la nature dans l’anthropocène, Éd. du Seuil, 2018.

Morin Edgar, La méthode 2, La vie de la vie, Éd. du Seuil, 1980.

Morizot Baptiste, Manières d’être vivant, Actes Sud, 2020.

Naess Arne, Vers l'écologie profonde, Wildproject, 2009.

Pelluchon Corine, Éthique de la considération, Éd. du Seuil, 2018.

Portmann Adolf, La forme animale (1948), Éd. de la Bibliothèque, 2013.

Rancière Jacques, Le partage du sensible, Esthétique et politique, La Fabrique Éditions, 2000.

Rosa Hartmut, Résonance, une sociologie de la relation au monde, La Découverte, 2018. Rendre le monde indisponible, La Découverte, 2020.

Schaeffer Jean-Marie, La fin de l’exception humaine, Gallimard, 2007.

Schaffner Marin, Un sol commun : lutter, habiter, penser, Wildproject, 2019.

Serres Michel, Le contrat naturel, François Bourin, 1990.

Servigne Pablo, Raphaël Stevens, Gauthier Chapelle, Une autre fin du monde est possible : vivre l'effondrement (et pas seulement y survivre), Éd. du Seuil, 2018.

Stengers Isabelle, Au temps des catastrophes, résister à la barbarie qui vient, La Découverte, 2008.

Waechter Antoine, Niezgora Fabien, Le sens de l’écologie politique, un enjeu trans-partisan, Le Sang de la terre, 2017.

Walter François, Catastrophes, Une histoire culturelle, XVIe-XXIe siècle, Éd. du Seuil, 2008.

Worms Frédéric, Le moment du soin : À quoi tenons-nous ? PUF, 2010. Pour un humanisme vital. Lettres sur la vie, la mort et le moment présent, Jacob, 2019.

Zask Joëlle, Quand la forêt brûle, Penser la nouvelle catastrophe écologique, Éditions Premier Parallèle, 2019.

 

Critique littéraire, Écopoétique

Astruc Rémi et Jacques-David Ebguy (dir.), Les valeurs dans le roman, Rki Press, 2018.

Bertrand Romain, Le détail du monde, Éd. du Seuil, 2019.

Buekens Sara «L’écopoétique : une nouvelle approche de la littérature française», ELFE XX-XXI, 8, 2019, journals.openedition.org/elfe/1299.

Chelebourg Christian, Les écofictions. Mythologies de la fin du monde, Les Impressions nouvelles, 2012.

Collot Michel, La pensée-paysage, Actes Sud, 2011. Pour une géographie littéraire, Corti, 2014.

Coste Florent, Questions théoriques, « Forbidden Beach », 2017.

Dardot, Pierre, Christian Laval. Commun : essai sur la révolution au XXIe siècle, La Découverte, 2015.

Engelibert Jean-Paul, Fabuler la fin du monde, la puissance critique des fictions d’apocalypse, La Découverte, 2019.

Guest Bertrand, Révolutions dans le cosmos. Essais de libération géographique (Humboldt, Thoreau, Reclus), Garnier, 2017. 

Guest Bertrand et Hermetet Anne-Rachel (dir.), Écocritique : nouvelles territorialités, Garnier Classiques, à paraître.

Jaquier Claire, «Écopoétique, un territoire critique», fabula.org/atelier.Ecopoetique_un_territoire_critique, 2015, 

Mairesse Anne, Simon Anne (dir.), Facing Animals / Face aux bêtes, Revue L’Esprit créateur, n°51 : 4, 2011. espritcreateur.org/issue/facing-animals-face-aux-bêtes

Romestaing Alain, Schoentjes Pierre, Simon Anne, « Écopoétiques », Revue critique de fixxion française contemporaine, n°11, 2015. revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/

Ruffel Lionel, Brouhaha, Les mondes du contemporain, Verdier 2016. Trompe-la-mort, Verdier 2019.

Sassen Saskia, Expulsions. Brutalité et complexité de l'économie globale, Paris, Gallimard, 2016.

Schoentjes Pierre, Ce qui a lieu. Essai d'écopoétique, Marseille, Wildproject, 2015. 

Suberchicot Alain, Littérature et environnement : pour une écopoétique comparée, Honoré Champion, 2012.

Westphal Bertrand, La géocritique. Réel, fiction, espace, Minuit, 2007.